Fenrir

Lorsque les Dieux apprennent l’existence de la progéniture de Loki et comprennent qu’elle sera responsable d’un grand malheur, Odin décide de rassembler ces enfants. Il jette alors Jormungand dans l’océan de Midgard et précipite Hel en Nilfheim. Cependant il ramène le loup Fenrir en Asgard où seul le Dieu Tyr a le courage de l’approcher et de le nourrir. Chaque jour, Fenrir grandit d’avantage et les Dieux réalisent qu’ils doivent s’en méfier.
Ils élaborent alors un plan pour emprisonner le loup.
Ils montrent une première chaîne, nommée Leyding, à Fenrir et lui suggèrent de tester sa force sur elle. Fenrir, se jugeant de taille, se laisse faire et se libère d’un seul coup.
De la deuxième entrave, Dromi, il se libère une nouvelle fois.
Les Dieux affolés demandent alors aux Nains de leur fournir un lien capable d’enchaîner Fenrir. Ils fabriquent Gleipnir, à partir du bruit de pas d’un chat, de la barbe d’une femme, des racines d’une montagne, des tendons d’un ours, du souffle d’un poisson et de la salive d’un oiseau.
Ils montrent le lien magique, fin comme un ruban de soie, au loup gigantesque qui, méfiant, refuse de se laisser attacher. Il n’accepte de se laisser faire qu’à condition qu’un Dieu mette la main dans sa gueule. Tous refusent sauf Tyr. Quand le loup se débat en vain, il reste prisonnier et tous les Dieux rient sauf Tyr qui perd alors sa main droite. Les Dieux clouent le monstre sur place en plantant une épée dans sa gueule.
Lorsque l’heure du Ragnarök arrive, le fils de Fenrir, le loup Hati, avale la lune et son frère Sköll le soleil. Les étoiles disparaissent du ciel, les montagnes s’affaissent, la Terre tremble. Fenrir le monstrueux se libère alors, sa gueule ouverte touchant à la fois le ciel et la terre ; il arrive au milieu de la dernière bataille, sur la plaine de Vigrid. Il engloutit Odin mais Vidar, son fils, protégé par des chaussures magiques, le vengera.